La Turquie veut ouvrir une zone industrielle à Addis Abeba


La Turquie veut ouvrir une zone industrielle à Addis Abeba

Le géant industriel turc Limak a lancé une co-entreprise avec l'ivoirien Afrikbat : Limak Afrique SA. Cette dernière va investir 50 millions de dollars dans le développement d'un complexe industriel de fabrication de ciment et de béton en Côte d'Ivoire.

La Turquie accentue son offensive en Afrique francophone

En attendant le démarrage de la cimenterie du milliardaire nigérian Aliko Dangoté, Limak Afrique devient le quatrième acteur du secteur en Côte d’Ivoire, après Ciments de l’Afrique (Cimaf) du marocain Anas Sefrioui, la Société ivoirienne des ciments et matériaux (Socimat) et sa rivale, le groupe Amida, propriétaire de la Société des ciments d’Abidjan (SCA) – une cimenterie à Abidjan – et de la Société des ciments du sud-ouest, qui dispose d’une usine à San-Pédro, la deuxième ville portuaire du pays.

Côte d’Ivoire : le groupe turc Limak veut investir 1,5 milliard d’euros dans le secteur hydroélectrique

Limak Group of Companies est le troisième plus grand groupe privé en Turquie. Le groupe, qui est à la tête du consortium ayant remporté le marché de la construction et de la gestion du nouvel aéroport d’Istanbul pour un montant record de 29 milliards de dollars, s’intéresse aussi au projet de construction de l’aéroport de San-Pédro.

Malgré des chantiers et des infrastructures qui se multiplient et un taux de croissance de plus de 7% par an, la pauvreté stagne en Côte d'Ivoire. Avec une enveloppe de 727 milliards de FCFA, le président Ouattara fait de la politique sociale la priorité de la fin de son mandat.

Santé, protection sociale, éducation, eau, électricité, logements, racontez-nous vos conditions de vie. Quelles sont vos attentes ?